De Annie à Jacqueline

On note cinq figures féminines inoubliables traversant l’œuvre d’un homme : Apollinaire a aimé Annie, la jeune anglaise de la Chanson du mal aimé, puis Marie qui déchire le poète de Zone ou du Pont Mirabeau, et Lou, puis Madeleine, ses amours du temps de la guerre, jusqu’à Jacqueline, l’adorable rousse de Calligrammes, qu’il épousa en mai 1918.

Guillaume Apollinaire et « Lou »

>> Lire des poèmes « à Lou »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *